Stage de conduite

Certains, nous ont dit : « c’est facile de conduire un 4×4… !! »… et bien détrompez-vous ! Cela ne s’improvise pas, et nous en avons fait l’expérience !

Après un décryptage théorique de ce qu’était un “croisement de pont”, une “boite de transfert”… autour d’un café-croissant, nous sommes allées nous frotter au terrain !

Notre 4×4 gris ayant fait peau neuve avant notre venue, nous avons fait nos armes sur deux  autres 4×4 d’entrainement ( un bleu et un noir)  partagés avec l’équipage 175 Avogazelles !

Le bain de boue était au rendez-vous !

Ce n’est pas sans quelques appréhensions que nous avons commencé les premiers essais :

  • gérer l’accélérateur
  • modérer les à-coups
  • anticiper la trajectoire
  • utiliser la boite courte en descente
  • accélérer suffisamment en bas de côte pour avoir assez d’élan au-dessus pour « se poser »
  • regarder loin à l’horizon pour conserver sa trajectoire bien droite
  • franchir un  fossé à 45 dégrés

Pour chaque exercice, nous étions à tour de rôle pilote ou copilote afin de prendre connaissance des différentes sensations au volant ou non… qui ne sont pas du tout les mêmes !

Le plus impressionnant et délicat a été la conduite en dévers avec le croisement de pont du 4X4.

Que ce soit au volant ou en position de copilote, c’était impressionnant de sentir le 4×4 à la limite de se retourner, de l’entendre grincer, le sentir glisser par à-coups.

En tant qu’observateur, c’était surprenant également de voir le 4×4 « se tordre » avec une roue en l’air, une autre prête à se retourner, et 2 autres qui tiennent vaille que vaille…

La stabilité du 4X4 semblait tellement précaire…mais non, cela tenait !!

L’exercice de descente du “haut de crête” a également été fort en émotions avec le sentiment de se laisser tomber dans le vide sans aucune visibilité en dessous… En effet le  capot du 4×4 est long, nous ne voyions pas ce qui était en dessous.

Nous avons fait les exercices autant de fois que nécessaire pour gagner en assurance et  en confiance. Nous avons finalement dépasser nos appréhensions… mais il faudra encore de la pratique !

Le stage au Maroc en février sera l’occasion de pratiquer avec des conditions de terrains toutes autres : sable, dune, reg,…

La suite au prochain épisode !